CTE du 10 juillet 2018 : bilan social 2017

Précarité 

moins de titulaires, et plus de contractuels encore (19 % en 2017 contre 14 % en 2015) ; la DRH accepte de faire de nouveaux points intermédiaires au 1er juillet, compte-tenu des concours plus récents. Le délai moyen de mise en stage s’allonge constamment : 10,5 ans pour les moniteurs-éducateurs, 5,6 ans pour les aides-soignants, 5 ans pour les ouvriers, 4,8 ans pour les infirmiers, 3,5 ans pour les ASHQ, 3,4 pour les Adjoints Administratifs ; la DRH, dont l’analyse est différente,  répond que c’est en adéquation avec la politique nationale. Nous lui demandons de hâter le concours infirmier. Des crédits sont prévus pour préparer les concours AMA et ACH.

 

Salaires du PNM 

en baisse pour la masse salariale globale, alors que le personnel est plus nombreux

 

Heures supplémentaires 

hausse massive, principalement de nuit, pour l’équivalent d’1,5 ETP, et pour des agents plus nombreux, soit en moyenne 54 H/an/agent (parmi ceux qui font des heures sups). Mais aussi beaucoup d’heures sups chez les administratifs, ouvriers et techniques… La DRH répond évasivement qu’il s’agit d’évènements et de missions ponctuelles

 

CET 

+ 9 %, mais pour moins d’agents (- 14 %), même pour les médecins

 

Absentéisme, accidents du travail, maladies professionnelles et violence 

l’absentéisme baisse globalement (mais la médecine du travail dit le contraire : qui dit vrai ?), et augmente considérablement ces 3 dernières années pour les Accidents de Travail et Maladies Professionnelles. L’absentéisme de nuit se situe à 15 % (chiffres DRH), alors que le général jour/nuit n’est que de 7 % ; la DRH reconnaît donc le problème. AT en hausse massive pour effort de soulèvement, mais surtout malade agité/agression. Les conditions de travail se dégradent. Nombreuses déclarations d’actes de violence à Bécarre, Cassiopée, Gentiane et aux Cèdres ; la médecine du travail montre une augmentation constante de la violence. Nous serons très attentifs au bilan de l’équipe PMS à la rentrée

 

Turn over 

augmente pour éducatifs et sociaux, en lien avec les 5 moniteurs-éducateurs recrutés à la MAS ? Le questionnaire sur la qualité de vie au travail mentionnait la difficulté de changer de pôle. A notre demande, M. LETENEUR est prêt à nous faire un décompte annuel du nombre de postes parus, de l’origine « polaire » des candidats retenus ainsi que des postulants.

 

 Nous applaudissons ces propos de la DRH :

« L’activité soutenue, la mise en place des projets de soins…, les distances géographiques du territoire… et le faible taux de réponse libérale justifieraient que les équipes du CHS soient renforcées et ce, malgré les ETP créés… entre le 1er octobre 2015 et le 31 décembre 2017… » (à l’ouverture de la MAS, entre autres).

 

Télémédecine 

bilan de la pédopsy : « …plus adaptée à des entretiens de renouvellement de traitement et pour le staff… Le patient ne doit pas être en état de crise… ». Avant d’étendre cette technique, il conviendrait que son efficacité soit évaluée, d’autant qu’A. BUZYN en a fait l’une des propositions de sa « feuille de (dé)route pour la psychiatrie  »

 

   Bref et surtout globalement, même si notre établissement n’est pas le pire, comparé aux autres, d’autant qu’il bénéficie de la péréquation régionale, il n’en reste pas moins que les effets de la politique des ARS et du gouvernement se font sentir dans notre CHS :

Le personnel travaille plus (heures sups et CET), surtout de nuit…

Il est toujours plus précaire, malgré les efforts locaux

Il est moins payé (salaires)

Il décompense plus en AT et MP

La violence monte au CHS

 

   Nous demandons toujours des postes de nuit, la titularisation plus rapide des agents ayant droit, et une politique efficace de lutte contre la violence

 

Le directeur était absent du CTE, pcq il avait du travail dans son bureau ! ! !

Lors de ce CTE, la DRH presse les organisations syndicales au motif d’un RDV avec un cabinet d’avocats au sujet de l’OASIS, alors que nous avions accepté de décaler l’examen du bilan social pour ce CTE exceptionnel…

Mme GUIDOT, présidente de la CME, nous indique et nous invite à voir les résidents de la MAS sous l’angle du médico-social… Cela nous heurte venant d’un médecin-psychiatre du CHS qui a pour vocation de s’occuper du côté sanitaire des personnes souffrantes.

L’intégralité du bilan social sera disponible à la bibliothèque du personnel.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *