CTE du 21 juin 2021

  • Absentéisme : à ce jour 75 agents absents. La ½ seront remplacés. La DRH reconnaît un hiatus avec Pôle Emploi qui a été récemment rectifié, suite à notre vigilance. Le nombre moyen de jours d’absence par agent a été en 2020 de 42 à PHARE, 21 dans l’extra adulte et 19 en pédo

 

  • Postes à pourvoir : pas tous accessibles aux titulaires, entre autres pour les nouvelles structures car sur financement non-pérenne. Pour autant, la direction peut y affecter en partie des titulaires car ces financements sont souvent pérennisés

 

  • Renforts de l’extra-hospitalier sur l’intra : le temps de déplacement supplémentaire pourra être porté sur le CET

 

  • CET : la DRH avait refusé (conformément à la règlementation) le report des congés non pris en 2020 pour les agents en maladie plus d’une semaine. Pour les congés non pris en 2021, la règle sera que le report sur CET sera possible en-deça d’un mois de maladie

 

  • Bécarre : nous avons à nouveau rappelé le manque d’effectifs (1/3 des DEI violence concerne Bécarre). Le directeur ouvre le dossier en octobre

 

  • Temps partiel choisi : beaucoup (trop) de refus, surtout en pédo, car la DRH ne compensait pas. Elle est maintenant prête à compenser à hauteur de 14% un agent travaillant à 80% (car payé à 84%). La balle est dans les pôles car les compensations sont difficiles à organiser. Nous lancerons une enquête à la rentrée des vacances auprès du personnel. Au passage, nous soulignons l’absence de représentation des agents au sein des conseils de pôle

 

  • Formation : budget Analyse de la Pratique amputé cette année pour le pôle PHARE au motif qu’elle n’a commencé qu’en mai. Toutefois, le budget sera complet pour l’année 2022, soit 2 x 14.500 €. Faute de financement spécifique, la DRH ne provisionne pas de budget pour le Compte Personnel de Formation : affaire à discuter

 

  • Prévisions budgétaires : le CHS sera endetté à raison de plus de 9.000.000 € à compter de 2027, suite aux emprunts pour le NHS, la reconstruction de la pédo de Mâcon et l’automate de pharmacie. Toutefois, le CHS pourrait obtenir des aides supplémentaires : 15 M€ par le Ségur investissement et 9 M€ pour économies d’énergie. Inquiets des répercussions futures sur le personnel, nous ne le votons que sous réserve d’obtention de ces aides

 

  • Petit comparatif CHS-MAS-EHPAD: pourcentage du coût du personnel respectif : 80 – 60 – 60 %. Taux de précarité (contractuels) respectif : 17 – 46 – 43 %. Le médico-social est donc moins cher, moins doté en personnel et moins attractif…

 

  • Violence : forte baisse au 1er confinement, pcq moins de trafic de stupéfiants et, surtout, plus de personnel en intra avec les patients, même si les soins sans consentement ont augmenté de 50% en 2020

 

  • Pédopsychiatrie : nous nous félicitons de la création de lits, au lieu des réductions d’hospitalisation sans cesse prônées dans les groupes de travail chez les adultes. Beaucoup de postes vacants et/ou gelés en pédo, suite à une réorganisation temporaire des effectifs d’Hurigny

 

  • Filières handicap/resocialisation/réhabilitation : nous soulignons l’ambiguité des appellations, ce dont convient la hiérarchie. Des patients de la filière handicap peuvent être hospitalisés en psychiatrie générale. Des patients orientés sur la MAS ou l’EHPAD ne peuvent être dits « resocialisés ». Tous les patients ne peuvent être réhabilités

 

  • Nuit : le nouveau roulement sans week-end sur base du volontariat semble concluant. Il est prévu un roulement annuel à tour de rôle puisqu’il y a plus de volontaires demandeurs

 

  • Lignes Directrices de gestion : la loi impose entre autres d’augmenter la pondération de l’évaluation, notamment dans les avancements de grade et la notation (impact sur la prime de service). Dossier à l’étude à partir de l’automne. Pour 2021, nous avons obtenu que les critères d’avancement de grade restent inchangés ; le critère de la notation s’ajoutera en 4ème place, considérant que cette procédure reste inchangée pour l’instant

 

  • CTI de la MAS : ne sera versé que fin juillet (avec rappel à compter de juin + la « prime » de rappel du CHS) car le gouvernement a sorti le décret d’application trop tardivement
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.