CTE du 6 juillet 2021 : bilan social

Comparaison difficile avec les années précédentes, suite à la pandémie. En effet, entre autres, les formations ont été suspendues et l’absentéisme a été plus important.

Malgré la suspension des instances pendant le 1er confinement, nous remercions la direction pour avoir d’emblée accepté notre présence aux cellules de veille ou de crise.

  • Précarité : n’aurait pas augmenté en 2020 ; le taux de titulaires est passé à 86 %
  • Absentéisme : énorme augmentation en maladie ordinaire suite au COVID
  • Accidents de travail : pas de hausse du nombre d’accidents de travail, mais la durée moyenne des arrêts est plus longue
  • Violence : 2 DEI pour violence tous les 3 jours en intra-adulte, surtout à la MAS, à Bécarre et à Colibri, comme en2019, ce qui soutient notre demande d’effectif supplémentaire à Bécarre. Paradoxalement, plus de violence de patient sur agent, mais moins de violence de patient sur patient ou sur du matériel….
  • Nuit : le rapport souligne l’absence de candidats IDE ou cadres pour travailler de nuit et la fragilité de l’encadrement (à ce jour 3 faisant-fonction, dont 1 diplômé en septembre). Nous rappelons notre demande de prime pour l’encadrement de nuit, non-aboutie à ce jour malgré l’accord formel du directeur
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.