Les raisons de la colère des psychologues

Crise sanitaire, épuisement professionnel, harcèlement, précarité… La santé mentale des français se détériore et la demande de soins psychologiques augmente. Les suivis réalisés par les psychologues, on le sait, ont fait la preuve de leur efficacité : ils réduisent la souffrance, la surconsommation médicamenteuse, les passages à l’acte violents, le décrochage scolaire…

Et pourtant, les dispositifs publics et gratuits de soins psychologiques sont démantelés et de moins en moins accessibles. Les Centres Médico-Psychologiques, pour les enfants comme pour les adultes, sont débordés par les demandes. Dans le même temps, on oblige les Centres Médico Psycho Pédagogiques pour les enfants et adolescents à réorienter leurs activités vers le handicap.

Les mesures, décidées dans l’urgence par le gouvernement, sans consulter les professionnels, pour prendre en charge des suivis psychologiques dispensés par des psychologues en libéral, ne répondent pas aux besoins. Elles sont ponctuelles, à très court terme et sur des critères sélectifs, tel le chèque psy pour les étudiants.

Le soit- disant « parcours du patient » est en réalité un parcours d’obstacles où s’enchaînent des orientations successives : d’abord une évaluation et une adresse par un médecin généraliste puis un bilan par une plateforme spécialisée, suivi, dans le meilleur des cas, de quelques séances en libéral. Le patient court d’un soignant à l’autre et d’un dispositif à l’autre pour un nombre de séances très réduit. Un psychologue devrait soigner 14 enfants par jour, avec des méthodes rééducatives à l’exclusion de toute autre prise en charge !

Les soins psychologiques ne sont pas un luxe. Comme les soins médicaux, ils doivent être accessibles à toute la population. Le public, comme les psychologues, doivent aussi avoir le choix des outils et des méthodes de soins dans le respect de la pluralité des approches et de la déontologie.

C’est pourquoi nous demandons
  • Le libre accès direct aux psychologues pour tous, sans prescription médicale
  • Le renforcement des psychologues dans le service public (CMP, CMPP…)
  • La prise en charge des consultations des psychologues libéraux par la Sécurité Sociale sans reste à charge et à un tarif décent à la hauteur du niveau d’étude des psychologues.
  • Le libre choix des références théoriques et des méthodes de soins comme le prévoit le statut du psychologue
  • Une réelle consultation des psychologues par le gouvernement

 

Nous appelons l’ensemble du personnel à se mettre en
grève jeudi 10 juin
pour soutenir l’accès direct aux psychologues pour tous, sans prescription médicale

 

  • Communiqué inter-syndical et inter-associations
  • Modalités de grève
  • Historique de la lutte et plus encore sur …

http://www.sante.cgt.fr/Mobilisation-nationale-des-psychologues-le-10-juin-2021

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.