CTE du 12 décembre 2017

Protocole de grève

Enfin finalisé et validé, en totale concertation direction/syndicats

Projet psychologique d’établissement

Là aussi, aboutissement d’un long travail du collège des psychologues avec la direction, pour intégrer ce projet prévu par la dernière loi santé.

Projet médical et de soins partagé du GHT

Rempli de bonnes intentions (coordination entre établissements, partenariat, satisfaction des besoins des patients), mais sans moyens spécifiques ; la CGT ne peut donc le voter en l’état. D’autant que ce projet pointe lui-même le manque de moyens (en psychiatres et psychologues, et dans les CMP). Le projet fait état d’un manque de lits d’hospitalisation pour les adultes et, dans le même temps, signale que le département en serait mieux pourvu que les moyennes nationale et régionale… ! De même, le projet hôpital de jour jeunes adultes amputerait encore l’hôpital de 10 lits. Nous avons noté l’effet des AIG des médecins qui, certes facilitent le partenariat, mais amputent aussi l’hôpital de la présence médicale. Pour nous, la télémédecine est une consultation dégradée ; la pédopsychiatrie propose d’ailleurs une enquête de satisfaction ultérieure. Enfin, nous sommes d’accord pour développer les nouvelles techniques (réhabilitation, hypnose,…), mais sans oublier d’entretenir les anciennes (UISAM, photolangage, thérapies familiales,…)

Budgets prévisionnels

Ceux de l’hôpital et de la MAS sont équilibrés. L’ARS a limité les dépenses de personnel à 1,5 % , mais pourrait bien le revoir à la baisse (1,29 %), d’autant que les hôpitaux psychiatriques sont plus pénalisés que les autres hôpitaux. Le budget inclut l’amélioration de la sécurité informatique (260.000 €), des travaux d’accessibilité aux handicapés, la réhabilitation de Jade pour le futur hôpital de jour jeunes adultes (400.000 €), la mise en œuvre d’un espace sécurisé pour les détenus (2 chambres dans une unité fermée du pôle A (225.000 €) et l’équipe dite de prévention-médiation-sécurité (390.000 €/an). Les contrats aidés vont disparaître progressivement, faute de directives et financements clairs des collectivités publiques ; ils seront transformés en CDD de droit public.

L’hôpital conforte son provisionnement pour la rénovation de l’hôpital tout entier. Le projet d’hôpital de jour adultes sur Autun est repoussé faute de financement suffisant et pcq les locaux actuellement proposés sont trop onéreux

Le budget de l’EHPAD est en déficit et le sera plus encore, puisque le gouvernement baissera progressivement la dotation des EHPAD, surtout publics, sur les 7 ans à venir.

Notre EHPAD

Actuellement en crise, du fait de la violence d’un patient, du départ de son encadrement, du décès du médecin coordinateur et d’autres facteurs. La direction ne veut retirer aucun moyen aux résidents et met en place une organisation provisoire, dont l’encadrement soignant qui sera confié à la direction des soins. La direction réfléchit à un organigramme plus adéquat, peut-être en l’insérant dans la filière géronto-psychiatrique. Une EHPAD de 80 lits serait plus facile à équilibrer budgétairement, ce qui est prévu dans le projet Nouvel Hôpital de Sevrey. Le CHSCT y a mené récemment une mission.

Concours infirmier

La direction se montrait timide sur ce dossier, craignant l’honni ONI (Ordre National Infirmier) qui a fait appel. Nous demandons à ne plus attendre pour mettre en place un nouveau concours (14 agents !) malgré tout. La DRH fera le point au CTE d’avril, après que  les nombreux concours actuels soient achevés.

Cadres : planning de soirée

Nous validons ce planning, expérimental et provisoire, faute de mieux, avec l’accord de la majorité des cadres, mais regrettons toutefois son caractère prématuré. Le retarder d’un mois aurait permis aux cadres de mieux se préparer.

Toilettes de la cafétéria

Fermées depuis des mois au motif de trafic de drogues, patients et familles sont renvoyés dans les toilettes des pavillons. Elles seront réouvertes avec la mise en place de l’équipe dite de sécurité.

Rôdeur

Il semble se faire récemment très discret. Le contrat de gardiennage temporaire (8.000 €) est allégé, réduit à 10 rondes aléatoires/mois.

Renforts

La direction a décidé d’embaucher une équipe non-soignante de 8,5 ETP, qui devront suivre les formations incendie, SSIAP, self sauvegarde, sensibilisation à la psy, droits des patients). Cette équipe « soutiendrait » les renforts et les transferts de détenus, interviendrait pour les incendies, assurerait la prévention des lieux communs (trafics de drogue,…) et guiderait les visiteurs égarés… ! Elle sera basée dans l’ancienne maison des usagers, au centre du CHS. Le CHS autofinancera le projet et rechercherait des financements spécifiques, mais « ce sera long ».

Pour le directeur, c’est un système provisoire, pcq le problème était urgent. Il ajoute : « ce n’est pas la fin de l’histoire ». Ce dispositif devra être voté dans 6 mois, au CTE, après évaluation de l’expérimentation.

Les médecins invoquent l’utilité d’une profession-tiers…. et ne soutiennent pas le projet d’équipe soignante. Et pourtant, nous les soutenons, eux, dans leurs problèmes d’effectifs.

FO noie le poisson : « ce ne sont pas des vigiles, mais des agents dédiés à « l’aide à la personne » ».

La CGT et la CFDT veulent toujours une équipe soignante. Pour nous, les renforts sont toujours un soin, très spécifique ; introduire des agents de sécurité, c’est revenir à l’aube de la psychiatrie, au temps des surveillants des asiles. Et surtout, le tableau de renforts persiste ; les pavillons seront encore et toujours désorganisés par les renforts qui les quittent. Nous suivrons de très près ce dossier qui nous tient particulièrement à cœur.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *